COURTNEY BARNETT

« Tell me How You Really Feel »

Les observateurs remarqueront qu’en seulement quelques années, Barnett s’est faite connaître mondialement grâce à son lexique musical distinct et salué. Sa capacité naturelle à transformer un sentiment très personnel et à le faire résonner universellement lui a fait gagner de nombreux fans à travers le monde. Son premier album, Sometimes I Sit and Think, Sometimes I Just Sit lui a permis d’intégrer les classements de fin d’année, le top 20 aux Etats-Unis et de faire des concerts à guichets fermés sur tous les continents. Elle a joué dans les plus grands festivals, a été nommée dans la catégorie Best New Artist des Grammy Awards en 2016 et également dans la catégorie International Female Solo Artist aux Brit Awards, sans parler des nombreux prix remportés dans son pays d’origine dont notamment l’Australian Music Prize, l’APRA’s songwriter Of the Year et 4 ARIAs. Son album collaboratif avec Kurt VileLotta Sea Lice’ sorti l’année dernière a également reçu les critiques élogieuses de tous les plus grands médias et obtenu une nomination aux NME Awards dans la catégorie Best Collaboration.

 

Et donc… comment donner une suite à tout cela ?

 

Avec Tell Me How You Really Feel, Barnett opère un changement exaltant et inattendu. Du titre (une question ? Un ordre ?) à la pochette déconcertante – une photo close-up dérangeante de son visage à la teinte rouge-sang – Barnett opte pour un ton différent. Il y a un franc-parler retrouvé dans cet album, de la puissance dans les instrus, de la tendresse dans sa voix et de l’audace dans ses paroles. Barnettentre dans une nouvelle phase remarquable de son évolution musicale. Elle en dit plus, avec moins. Alors qu’elle analysait le monde à travers sa propre analyse, Tell Me How You Really Feel déplace cette analyse sur ceux avec qui elle interagit – les bons, les mauvais, les aimés. Les gens qu’elle connaît intimement et les étrangers.

 

Le premier single ‘Nameless Faceless’ est un hymne punk rock contagieux. Avec indignation et sarcasme, ce titre examine le phénomène incessant et anonyme qu’est le « troll » sur internet. Au travers de chansons, Barnett utilise le moyen qu’elle connaît le mieux pour riposter.

 

Chaque parole est mémorable et Barnett cite une des critiques les plus créatives qu’elle a reçu en commentaires : « Je pourrais manger un bol de soupe alphabet et sortir de meilleurs mots que toi ». La vie serait trop simple si ces remarques ne s’attaquaient pas à des insécurités déjà préexistantes… qu’elles illustrent parfaitement dans le refrain qui emprunte une célèbre citation de Margaret Atwood : « I want to walk through the park in the dark / Men are scared that women will laugh at them / I want to walk through the park in the dark / Women are scared that men will kill them / I hold my keys between my fingers ».

 

SORTIE NOUVEL ALBUM : le 18 mai 2018
LABEL : Marathon / Pias

Nameless, Faceless